Génie génétique vert

Le „génie génétique vert“ englobe les techniques génétiques utilisées dans la sélection végétale depuis les années 1980. Dès le milieu des années 1990, des plantes génétiquement modifiées furent cultivées et commercialisées. Mais l’utilisation de cette technologie soulève de nombreuses questions: Ces plantes sont-elles sûres? Quels pourraient être leurs avantages? Quelles réglementations sont nécessaires? Ce portail thématique offre un aperçu sur les conclusions scientifiques et les questions ouvertes.


Un choix de thèmes:

La variété de pomme populaire «Gala» devrait devenir résistante au feu bactérien et à la tavelure grâce aux avancées de la cisgenèse. Photo: H. Flannery

Pommes résistantes aux maladies

Réduire l'utilisation de produits phytosanitaires grâces à des variétés résistantes au feu bactérien et à la tavelure
Agroinfiltration bei Tabak. Foto: Christoph Lüthi, Forum Genforschung

Nouvelles méthodes de sélection

Les nouvelles techniques permettent des modifications très précises
Environ 90% du maïs planté aux Etats-Unis est génétiquement modifié. Les aliments génétiquement modifiés – comme les corn-flakes – font donc partie du quotidien aux Etats-Unis. Photo : wikimedia commons.

Consommation

Importation, étiquetage et contrôle d'aliments génétiquement modifiés en Suisse
agriculture champ paysage agricole

Coexistence

Coexistence entre cultures GM et conventionnelles
Une plante de coton attaquée par des ravageurs. Image: J. Romeis, Agroscope.

Développement de résistances

Un défi constant dans la protection phytosanitaire
Travail de recherche sur un champ avec du blé génétiquement modifié à Reckenholz près de Zurich dans le cadre du PNR 59. Photo: B. Senger, Université de Zurich.

Essais en plein champ

Indispensables pour la recherche en biologie végétale

  • Annonces

Pflanzenblätter in Violett enthalten das Algengen für CVDE. Dadurch sind sie wieder fähig, sich vor Lichtenergie zu schützen.
  • 23.09.2016
  • Forum Recherche génétique
  • Annonce

Algenenzym öffnet neue Wege zur effizienteren Photosynthese

Ein neu entdecktes Enzym schützt Algen vor übermässiger Lichteinstrahlung und lässt sich auch auf Pflanzen übertragen. Diese Entdeckung eröffnet neue Möglichkeiten, um die Photosynthese von Pflanzen zu verbessern, ohne die Pflanzen dabei zu schädigen. Wenn die Photosynthese in Nutzpflanzen optimiert werden könnte, liesse sich auch ihre Produktivität erhöhen.
Specimen bag for biological sample. Image: A. Chiang (flickr).
  • 23.09.2016
  • Forum Recherche génétique
  • Annonce

Awareness and responsibility in academia: a bottom up approach to address the misuse potential of biological research

In spring 2016, over 40 life scientists from Swiss academic institutions discussed ways on how to address the misuse potential of biological research at three workshops. The results of these discussion sessions are now available in a short report.
  • 13.09.2016
  • Forum Recherche génétique
  • Annonce

Gutachten zum Klimaschutz in der Land- und Forstwirtschaft

Die Wissenschaftlichen Beiräte für Agrar- und Waldpolitik beim Bundeslandwirtschaftsministerium Deutschlands haben ein Gutachten veröffentlicht. Sie fordern eindringlich, unverzüglich mit der Umsetzung ambitionierter Klimaziele zu beginnen.
  • 09.09.2016
  • Forum Recherche génétique
  • Annonce

Impact des plantes génétiquement modifiées sur l’environnement

Dossier complet et basés sur les données scientifiques, publié par l' institut de recherche belge VIB.
CRISPR Mahlzeit
  • 06.09.2016
  • Forum Recherche génétique
  • Annonce

Die wahrscheinlich erste CRISPR-Mahlzeit

In Schweden hat ein Wissenschaftler eine Mahlzeit mit CRISPR-Zutaten zubereitet.

A propos du portail

Ce portail thématique est un produit du Forum Recherche génétique de l’Académie suisse des sciences naturelles.

  • Publications

Factsheet «Nouvelles techniques de sélection végétale pour l’agriculture suisse – gros potentiel, avenir ouvert
  • 2016

Nouvelles techniques de sélection végétale pour l’agriculture suisse – gros potentiel, avenir ouvert

Des nouvelles techniques permettent de modifier très précisément le patrimoine génétique des plantes. Dans la plupart des cas, ces modifications pourraient aussi se produire dans des conditions naturelles et aucun ADN étranger ne subsiste dans la plante. Ces techniques élargissent de manière déterminante les possibilités de sélection végétale et facilitent ainsi le chemin vers une agriculture suisse plus respectueuse de l’environnement, plus économique et, finalement, plus durable. Sachant que des premières variétés résultant de ces techniques innovantes existent d’ores et déjà, et que de nouvelles vont suivre sous peu, il est indispensable de clarifier si les plantes produites à l’aide de ces nouvelles techniques de sélection sont réglementées ou pas par la loi sur le génie génétique. Du point de vue des sciences naturelles, aucune raison ne justifie une réglementation sévère des plantes sélectionnées avec ces méthodes.
Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour l'agriculture suisse (2013, Académies suisses des sciences)
  • 2013

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour l’agriculture suisse

L’agriculture suisse doit produire davantage, et ceci, en maintenant l’excellence de la qualité et en réduisant la pollution de l’environnement. Pour atteindre ces objectifs de la politique agricole, l’usage de nouvelles méthodes et technologies agricoles est important. La sélection et la culture de plantes génétiquement modifiées pourraient concourir à l’atteinte de ce but. Actuellement, leur utilisation dans la recherche et la production alimentaire est entravée par les prescriptions légales.
Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour une agriculture durable en Suisse (2013, Académies suisses des sciences)
  • 2013

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour une agriculture durable en Suisse

Certaines plantes génétiquement modifiées (PGMs) pourraient contribuer à une agriculture rentable et
respectueuse de l’environnement en Suisse. C’est ce que démontrent les Académies suisses des
sciences dans le présent rapport. Il rejoint les mêmes conclusions qu’un programme de recherche du
Fonds national suisse (PNR 59) qui montre que la culture des PGM n’est pas source de risques environnementaux autres que ceux qui existent également pour les plantes sélectionnées de manière conventionnelle. Dans la sélection conventionnelle, des plantes sélectionnées sont croisées les unes avec les autres – et leur ADN est de ce fait mélangé – aussi longtemps que nécessaire pour que la combinaison de caractéristiques souhaitées soit atteinte. Avec des méthodes de génie génétique au contraire, des séquences de l’ADN végétal sont modifiées de manière ciblée, et de l’ADN indigène ou étranger est directement introduit dans le génome.