Génie génétique vert

Le „génie génétique vert“ englobe les techniques génétiques utilisées dans la sélection végétale depuis les années 1980. Dès le milieu des années 1990, des plantes génétiquement modifiées furent cultivées et commercialisées. Mais l’utilisation de cette technologie soulève de nombreuses questions: Ces plantes sont-elles sûres? Quels pourraient être leurs avantages? Quelles réglementations sont nécessaires? Ce portail thématique offre un aperçu sur les conclusions scientifiques et les questions ouvertes.


Un choix de thèmes:

La variété de pomme populaire «Gala» devrait devenir résistante au feu bactérien et à la tavelure grâce aux avancées de la cisgenèse. Photo: H. Flannery


Pommes résistantes aux maladies

Réduire l'utilisation de produits phytosanitaires grâces à des variétés résistantes au feu bactérien et à la tavelure

Travail de recherche sur un champ avec du blé génétiquement modifié à Reckenholz près de Zurich dans le cadre du PNR 59. Photo: B. Senger, Université de Zurich.


Essais en plein champ

Indispensables pour la recherche en biologie végétale

Environ 90% du maïs planté aux Etats-Unis est génétiquement modifié. Les aliments génétiquement modifiés – comme les corn-flakes – font donc partie du quotidien aux Etats-Unis. Photo : wikimedia commons.


Consommation

Importation, étiquetage et contrôle d'aliments génétiquement modifiés en Suisse

Les mauvaises herbes représentent le plus grand problème de la culture de la betterave sucrière car les betteraves poussent lentement et supportent mal leur concurrence. Photo: J. Romeis, Agroscope


Développement de résistances

Un défi constant dans la protection phytosanitaire


  • Annonces

La biotechnologie en Suisse: Entre risques et innovation
  • 24.06.2016
  • Forum Recherche génétique
  • Annonce

La biotechnologie en Suisse: Entre risques et innovation

L'office fédéral de l'environnement (OFEV) publie un nouveau rapport sur la biosecurité dans la recherche et l'agriculture en Suisse
  • 24.06.2016
  • Agroscope Reckenholz
  • Annonce

Viande de bœuf: impacts environnementaux déterminés par l’indice de consommation des fourrages

Agroscope a comparé les impacts environnementaux de la viande de bœuf de pâturage avec ceux de la viande issue de l’engraissement de gros bétail selon les directives des prestations écologiques requises PER et du label Terra-Suisse d’IP-Suisse. Tandis que la viande de bœuf Terra-Suisse affichait des impacts environnementaux moyens, ceux de la viande de pâturage étaient nettement plus élevés. Ces résultats sont dus à la plus grande consommation d’aliments qui va de pair avec un affourragement extensif et une croissance plus lente.
Flavescence dorée sur la vigne (Gamay). Source: agroscope.
  • 17.06.2016
  • Agroscope Reckenholz
  • Annonce

La flavescence dorée: la maladie la plus grave de la vigne

Apparue l’automne dernier pour la première fois au Nord des Alpes, deux foyers ont été découverts respectivement à Blonay et à la Tour-de-Peilz. Pour éviter que ces foyers ne s’étendent au reste du vignoble, un ensemble de mesures de lutte doivent être prises. Limiter la dissémination de l’agent causal de la maladie, nécessite notamment d’intervenir contre l’insecte vecteur, la cicadelle Scaphoideus titanus.
curculionidae charançon insecte
  • 17.06.2016
  • OFEV
  • Annonce

Organismes nuisibles : surveillance et contrôle pour préserver les arbres

La saison chaude marque le début de l'activité des organismes nuisibles, comme le capricorne asiatique ou le typographe. Les rondes de surveillance des forestiers et des propriétaires de forêt contribuent beaucoup à la prévention. De même, la population et les personnes qui travaillent dans les métiers « verts » peuvent signaler leurs découvertes et contribuer ainsi à la détection précoce d'un foyer d'infestation qui sera plus facilement éliminé.
Pie-grièche écorcheur. Photo © Marcel Burkhardt
  • 16.06.2016
  • Forum Biodiversité Suisse
  • Annonce

Nouveau guide pratique : un jalon pour l’agriculture écologique

Que peuvent faire les agricultrices et agriculteurs pour venir en aide aux oiseaux, aux papillons et aux fleurs sauvages ? Un nouveau guide pratique montre comment faire – en harmonie avec la production de denrées alimentaires.

A propos du portail

Ce portail thématique est un produit du Forum Recherche génétique de l’Académie suisse des sciences naturelles.

  • Publications

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour l'agriculture suisse (2013, Académies suisses des sciences)
  • 2013

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour l’agriculture suisse

L’agriculture suisse doit produire davantage, et ceci, en maintenant l’excellence de la qualité et en réduisant la pollution de l’environnement. Pour atteindre ces objectifs de la politique agricole, l’usage de nouvelles méthodes et technologies agricoles est important. La sélection et la culture de plantes génétiquement modifiées pourraient concourir à l’atteinte de ce but. Actuellement, leur utilisation dans la recherche et la production alimentaire est entravée par les prescriptions légales.
Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour une agriculture durable en Suisse (2013, Académies suisses des sciences)
  • 2013

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour une agriculture durable en Suisse

Certaines plantes génétiquement modifiées (PGMs) pourraient contribuer à une agriculture rentable et
respectueuse de l’environnement en Suisse. C’est ce que démontrent les Académies suisses des
sciences dans le présent rapport. Il rejoint les mêmes conclusions qu’un programme de recherche du
Fonds national suisse (PNR 59) qui montre que la culture des PGM n’est pas source de risques environnementaux autres que ceux qui existent également pour les plantes sélectionnées de manière conventionnelle. Dans la sélection conventionnelle, des plantes sélectionnées sont croisées les unes avec les autres – et leur ADN est de ce fait mélangé – aussi longtemps que nécessaire pour que la combinaison de caractéristiques souhaitées soit atteinte. Avec des méthodes de génie génétique au contraire, des séquences de l’ADN végétal sont modifiées de manière ciblée, et de l’ADN indigène ou étranger est directement introduit dans le génome.