Les nouvelles des sciences naturelles

Un choix d'informations de l'Académie et des sciences naturelles en Suisse d'importance pour la société, la politique et la recherche. Vous trouvez toutes les nouveautés des sciences naturelles ici.

  • Annonces
  • Publications

Le climat de nos petits-enfants est entre nos mains. Comment évoluerait le climat, si nous commencions tout de suite à réduire nos émissions à gaz à effet de serre pour les cesser totalement d'ici en 2100? L'impact sur le climat futur serait énorme, puisque le climat ne réagit que lentement aux perturbations. Dans ce cas, le climat mondial se réchaufferait au maximum de 2°C (env. 4°C en Suisse). Les glaciers perdraient malgré tout au moins la moitié de leur masse actuelle. Mais le climat deviendrait moins extrême qu'en cas de réchauffement plus élevé. Il y aurait alors moins d'événements extrêmes comme inondations et canicules, mettant moins à mal notre société (incl. agriculture, santé).
  • 30.11.2016
  • Académies suisses des sciences
  • Communiqué de presse

Les Académies revendiquent une politique climatique plus sévère après 2020

Les Académies suisses des sciences saluent l’orientation de la politique climatique proposée par le Conseil fédéral dès 2020. Néanmoins, elle ne suffit pas pour atteindre les objectifs de réduction fixés par les accords internationaux. C’est pourquoi les Académies réclament que les mesures soient orientées de manière conséquente vers une atteinte de ces buts. Les Académies sont critiques quant à une adhésion au système européen d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre : la quantité des certificats émis par l’UE est bien trop élevée et ne correspond pas aux objectifs visés. De plus, les Académies recommandent d’augmenter l’objectif de réduction de 30 à 40% pour approcher plus rapidement le but de zéro émission et d’éviter ainsi des investissements massifs plus tard.
Marcel Tanner, professeur ordinaire d’épidémiologie et de parasitologie à l’Université de Bâle, a été directeur de l’Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH) à Bâle de 1997 à 2015. De 1981 à 1984, il a dirigé la station extérieure du Swiss TPH à Ifakara, en Tanzanie (aujourd’hui Ifakara Health Institute). Il est docteur honoris causa de l’Université de Neuchâtel et de l’Université de Brisbane. Marcel Tanner préside depuis 2016 l’Académie suisse des sciences naturelles.
  • 30.11.2016
  • SCNAT
  • Annonce

«Il ne s’agit pas d’aider, mais d’apprendre ensemble»

La coopération scientifique avec les pays du Sud ne saurait fonctionner sans flexibilité, respect mutuel et connaissance du contexte, affirme Marcel Tanner. Les leçons de trente-cinq ans d’expérience.
Klimapolitik der Schweiz nach 2020
  • 2016
  • Académies suisses des sciences
  • ProClim
  • Prise de position

Klimapolitik der Schweiz nach 2020

Übereinkommen von Paris, Abkommen mit der Europäischen Union über die Verknüpfung der beiden Emissionshandelssysteme, Totalrevision des CO2-Gesetzes.
We Scientists Shape Science (teaser)
  • 29.11.2016
  • SCNAT
  • Annonce

#wescientists shape science: last chance to register!

Registration for this congress in collaboration with the Swiss Science and Innovation Council on 26/27 January 2017 in Bern is open until 9 December.
Les spécialistes restent rares dans les hôpitaux du Cameroun, malgré les efforts pour former davantage de personnel. Les infrastructures déficientes et le manque de perspectives les poussent à chercher un travail à l’étranger.
  • 2016
  • Fonds national suisse
  • Académies suisses des sciences
  • Magazine

Horizons: Une recherche plus juste

La science est globale. On peut penser à des partenariats prestigieux entre universités occidentales, qui incluent peut-être quelques institutions asiatiques. Mais on oublie alors la moitié du monde: la recherche gagne en importance également dans les pays du Sud. Son financement continue toutefois à venir majoritairement de l’étranger. C’est pourquoi elle est souvent régie par le principe du «qui paie commande».
Climat Suisse: champs d'action
  • 07.11.2016
  • SCNAT
  • Annonce

Climat Suisse: champs d'action

Une action proactive est nécessaire, car la combustion de pétrole, de gaz et de charbon est la cause principale du changement climatique. Si le réchauffement de la planète doit être limité à deux degrés Celsius comme la communauté internationale l’a décidé, alors nous devons réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre. A moyen terme, les émissions ne doivent pas dépasser leur absorption par l’environnement. Nous avons beaucoup de possibilités pour atténuer les risques liés au changement climatique, pour profiter des opportunités et pour créer une société et une économie en adéquation avec le climat.
Coup de projecteur sur le climat suisse: conséquences et risques
  • 07.11.2016
  • SCNAT
  • Annonce

Climat suisse: conséquences et risques

La Suisse réagit de manière très sensible au changement climatique. En comparaison à la moyenne globale, l’espace alpin se réchauffe environ deux fois plus vite. Toute la Suisse est touchée de diverses façons par les conséquences du changement climatique.
Die Triftbrücke (2009)
  • 07.11.2016
  • Académies suisses des sciences
  • Communiqué de presse

Klimaexperten zeigen Handlungsfelder und Chancen auf

Die Schweiz reagiert sehr empfindlich auf den Klimawandel. Verglichen mit dem globalen Mittel ist die Erwärmung im Alpenraum fast doppelt so stark. Entsprechend gross sind die Folgen und der Handlungsbedarf. Ein Gremium von 75 Klimaforscherinnen und 40 Gutachtern koordiniert vom Forum ProClim legt mit dem Bericht «Brennpunkt Klima Schweiz» den aktuellen Stand des Wissens umfassend dar und zeigt konkrete Handlungsfelder auf.
Thomas Stocker, Professor für Klima- und Umweltphysik an der Universität Bern.
  • 04.11.2016
  • SCNAT
  • Annonce

Coup de projecteur sur le #ClimatSuisse: "Ce rapport est un must"

Dans un rapport intitulé « Coup de projecteur sur le climat suisse. Etat des lieux et perspectives », un groupe de 75 climatologues et de 40 experts-conseils, coordonné par le forum ProClim, expose de façon approfondie l’état actuel du savoir en la matière et met en évidence des champs d’action concrets.
Lac glaciaire sur le glacier de la Plaine Morte (en dessus de Montana, Valais et de la Lenk, Berne). Ce lac est apparu il y a quelques années seulement. Ses vidanges rapides et subites constituent un danger pour la population le long de la rivière de la Simme, car elles peuvent causer des crues importantes.
  • 03.11.2016
  • Académies suisses des sciences
  • Communiqué de presse

Les glaciers ont continué de fondre en 2016, mais pas autant que l’an dernier

Après d’abondantes chutes de neige en mai et en juin, la situation se présentait bien pour les glaciers suisses. La couverture neigeuse est restée longtemps intacte – un phénomène auquel on n’avait pas assisté depuis bien des années. Mais la fin de l’été trop chaude a entraîné une fonte plus importante. On estime que, pour l’ensemble des glaciers suisses, le volume de glace a diminué de 900 millions de mètres cubes entre octobre 2015 et septembre 2016.
Logo von Akademie der Naturwissenschaften Schweiz

Newsletter

Les sciences naturelles en un clin d'oeil.